S'abonner Télécharger le PDF

A la une !

 

>

Régime unifié : à vos marques, prêts ? Partez !

Enjeux

 

>

Le RNGD : un seul référentiel pour toutes les périodes et les droits des individus

 

>

Cotizen, le service de paiement en ligne des cotisations RC, est en ligne !

 

>

Réduire les coûts en mutualisant les achats : l’exemple informatique

Acteurs ensemble

 

>

Le Compte Central : un outil au service de la simplification du recouvrement

 

>

S’immerger dans les métiers de la retraite complémentaire ? L’exemple de Malakoff Médéric

 

>

Du côté de chez eux

 

>

Nicolas Crochard : Histoire d’une certification par VAE

Perspectives

 

>

Sortez du cadre : entrez dans le Lab Agirc-Arrco !

 

>

M@rel, le simulateur de référence de la retraite

En bref

 

>

Nouveauté dans Césaria : les dossiers thématiques orientés « métier »

N°27 | mai 2017

Régime unifié : à vos marques, prêts ? Partez !

Mina Lejamble
mlejamble@agirc-arrco.fr

01 71 72 16 74

> Se désabonner

AG2R La Mondiale – Agrica – Amicap – Apicil – Audiens - B2V – BTPR – CGRR - CRC (CRR) - Crepa-Rep -
GIE Agirc-Arrco – Humanis – Ircem – Ircom - IRP Auto – Klesia – Lourmel - Malakoff Médéric - Pro BTP

A la une !

Régime unifié : à vos marques, prêts ? Partez !

Fruit du regroupement de l’Agirc et de l’Arrco au 1e janvier 2019, le régime unifié est une disposition majeure de la feuille de route fixée par les partenaires sociaux le 30 octobre 2015*.

Leur ambition est de bâtir un nouveau régime plus lisible, plus simple et moins coûteux à gérer. Il passe par une remise à plat de la réglementation, des processus, du SI, de la gouvernance, etc.

Des réunions préparatoires ont permis de fixer les grands principes directeurs, avec comme mot d’ordre de faire en sorte que la mise en place de ce nouveau régime soit le plus transparent possible pour les clients de la retraite complémentaire. L’ensemble des services proposés par la communauté Agirc et Arrco doit continuer à fonctionner au lendemain de la fusion des régimes, et les clients doivent pouvoir s’y retrouver.

Une seconde étape débute avec la mise en place proprement dite du régime unifié. Elle nécessite une coordination forte entre les fédérations et les GPS. La réussite de ce projet repose en effet sur la capacité de tous à être au rendez-vous le 1er janvier 2019.

Gatien Lepage, de Malakoff Médéric, a nouvellement rejoint la direction du Cabinet des fédérations et pilote ce programme qui se décompose en 10 chantiers. Chaque chantier est placé sous la co-responsabilité d’un membre des fédérations et d’un membre des GPS, afin de favoriser la transversalité et la co-construction.

 

Les dix chantiers du programme mené en co-construction entre les fédérations et les GPS

To top

Enjeux

Le RNGD : un seul référentiel pour toutes les périodes et les droits des individus

Interview. Le RNGD (référentiel national de gestion des droits), c’est le référentiel unique pour toutes les périodes et les droits de la retraite complémentaire. Les premiers écrans de consultation carrières seront accessibles en production à compter de juin 2017 au sein des GPS. Frédérique Garel, du Pôle MOA Information des Actifs à la direction du Produit Retraite, nous en dit un peu plus.

©Albert

mosaïc : Pourquoi un référentiel unique ?

Frédérique Garel : La mise en place du RNGD répond à la mesure 6 de l’article 8, selon laquelle chaque gestionnaire doit pouvoir mettre à jour la carrière d’un actif ou d’un futur retraité, sans avoir besoin de questionner les autres GPS d’adhésion. En centralisant les données de carrière en un même point, avec la possibilité pour chaque gestionnaire d’agir sur la totalité de la carrière en retraite complémentaire, nous améliorons notre service client : nous pourrons être plus réactifs dans les demandes de mise à jour de carrière en information des actifs et nous améliorerons aussi les délais de constitution / mise en paiement du dossier de liquidation Agirc-Arrco.

Qu’est-ce que cela change pour un gestionnaire ?

Aujourd’hui, un gestionnaire peut modifier les données de carrières présentes dans l’Usine Retraite de son GPS, en local, mais pas celles qui relèvent d’autres GPS. S’il doit modifier ou compléter une partie de la carrière, il envoie donc des DDC (demandes de droits complémentaires) auprès des groupes détenteurs de la partie de carrière concernée.

Demain, avec le RNGD, les gestionnaires mettront à jour les carrières, quel que soit le groupe dont relève la partie de carrière manquante et ne feront plus de DDC.

Autres nouveautés : les fiabilisations de carrière. Elles peuvent être réalisées à la suite à des campagnes de fiabilisation Régime notamment dans le cadre de la préparation du droit à l’information des actifs (campagne annuelle) ou à la suite des campagnes de fiabilisation Groupe, conduites à l’initiative d’un GPS (exemple : fiabilisation des carrières des salariés d’une entreprise).

Quelles sont les principales étapes de mise en place du RNGD ?

Après l’alimentation du RNGD en début d’année 2017 et sa synchronisation à partir des UR des groupes, le RNGD sera interfacé à partir de septembre à la Base fédérale droits, qui mutualise les informations de l’ensemble des institutions Agirc et Arrco concernant la carrière des participants. Les étapes suivantes seront sur 2018, avec l’alimentation des périodes issues de la DSN dans le RNGD, les fonctionnalités de rectifications carrière et l’interfaçage avec la PRC.

To top

Cotizen, le service de paiement en ligne des cotisations RC, est en ligne !

Le service de paiement en ligne des cotisations sociales, Cotizen, est accessible depuis le 25 avril, sur le paiement des cotisations retraite complémentaires. Ce nouveau service est le fruit d’un partenariat entre L’Agirc-Arrco et trois autres organismes de protection sociale*. Sur le site internet www.cotizen.fr, les entreprises ou leurs tiers-déclarants peuvent payer leurs cotisations  de retraite complémentaire**, ainsi que les avis de mise en recouvrement, les mises en demeure, ou avis d'inscription de privilège, par carte bancaire ou par prélèvement Sepa inter-entreprises.

A terme, Cotizen permettra aussi le paiement des cotisations prévoyance et santé. Le service a été conçu pour favoriser la dématérialisation et contribuer à diminuer les paiements par chèque, encore trop importants.

Pour en savoir plus

* La fédération française de l’assurance (FFA), la fédération nationale de la mutualité française (FNMF) et le centre technique des institutions de prévoyance (CTIP).

** Cotisations des institutions de retraite complémentaires : AG2R La Mondiale, Apicil, Caisse réunionnaise de retraite, CGRR, Humanis, Ircom, Klesia, Malakoff Médéric.

To top

Réduire les coûts en mutualisant les achats : l’exemple informatique

Interview. Les achats communautaires contribuent à la réduction des coûts de gestion décidés par nos partenaires sociaux. Ils constituent l’objectif 13 « Poursuivre la mutualisation au sein des régimes Agirc et Arrco » des contrats d’objectifs et de moyens de la retraite complémentaire*. Fort de cette ambition, un Comité d’achats mutualisés, animé par la direction du Pilotage des Objectifs et de la Performance (DPOP) Agirc-Arrco, a été mis sur pied début 2017.

Pascal Corbella, de la DSI-RC, a accepté de nous dévoiler les travaux entrepris spécifiquement côté informatique par le Comité achats informatiques. Ce groupe de travail réunit les acheteurs des groupes de protection sociale et de la DSI-RC Agirc-Arrco, ainsi que la DPOP.

mosaïc consacrera régulièrement ses colonnes à l’avancement de ce projet communautaire.

mosaïc : Quelles actions avez-vous mises en place pour développer les achats communautaires et contribuer à réduire les coûts informatiques ?

Pascal Corbella : Deux types d’actions sont réalisés par le Comité achats informatiques :

  • le lancement d’AOE (appels d’offres européens), une procédure d’achat encadré par la réglementation européenne des marchés publics,
  • les négociations avec des éditeurs pour les marchés dits « captifs ». Exemple : nous sommes liés à IBM sur le mainframe, le marché est dit captif car il est difficile techniquement de changer de prestataire.

Cette approche communautaire nous permet à la fois d’obtenir une baisse des prix, grâce à l’effet de masse, et de mener une politique d’achats homogène. Ainsi les contrats de licences Microsoft ont été négociés pour l’ensemble de la communauté Agirc-Arrco.

De ce fait, l’ensemble de notre communauté réduit ses coûts de gestion.

Les acheteurs informatiques en réunion le 24 avril 2017 (ordre alphabétique) : Cedric Dufour (Agirc-Arrco), Emmanuel Erceau (Malakoff Médéric), Juanito Garcia (Agirc-Arrco), Catherine Lecorvaisier di Piazza (Humanis), Nadjib Mansouri (Humanis), Catherine Marquant (Pro BTP), Pascale Marty (Agrica), Patrick Peyry (Agirc-Arrco), César Valle Ramirez (Klesia) - ©Sophie Belliot

D’autres exemples d’achats informatiques réalisés en commun en 2016 ?

Fin 2016, ce sont trois AOE importants qui ont été attribués.

Le groupement de commandes « Postes de travail » a réuni Humanis, AG2R La Mondiale, Malakoff Médéric, Pro BTP, Agrica, Klésia, Apicil, Ircem, B2V et les fédérations Agirc et Arrco. Il porte sur environ 8 500 ordinateurs et 6 000 écrans. Il nous fera économiser sur les quatre prochaines années environ 1 million d’euros, 20 % de réduction par rapport à nos coûts actuels.

Cet effet de massification se retrouve également dans les 5 000 lignes de téléphonie mobile, un marché important qui a contraint les principaux opérateurs (SFR, Bouygues Telecom, Orange) à réduire leurs prix. Le gain est estimé à 30 %, soit 1,1 million d’euros sur quatre ans.

Le dernier AOE, de décembre 2016, concerne le marché « Maintenance serveurs, réseaux et stockage » réalisé avec Malakoff Médéric, Apicil, Humanis, Pro BTP et les fédérations. Cet AOE réduira nos factures informatiques de 700 000 euros par an, un gain de 44 %.

Il reste encore des  pistes d’achats informatiques à explorer et ces victoires, je pense, contribueront à renforcer notre approche communautaire !

To top

Acteurs ensemble

Le Compte Central : un outil au service de la simplification du recouvrement

Interview. Le « Compte central » sera l’outil de gestion du recouvrement des cotisations des entreprises, centralisé au niveau du système d’information Retraite complémentaire. Il remplacera à terme Grecco pour la gestion des comptes et du contentieux. Les enjeux autour de ce nouvel outil, dont le déploiement est fixé à 2020, sont multiples : réduction des coûts de gestion en évitant la multiplication des déploiements et des maintenances, et simplification et amélioration du recouvrement des cotisations retraite complémentaire, dans le contexte du régime unifié.

Les travaux autour de l’outil « Compte central » ont commencé il y a un an. Ce projet est conduit sur le mode de la co-construction : le métier, dans les GPS, est fortement mobilisé auprès des fédérations. Nathalie Arca, chargée d’étude à la MOA Grecco chez Klesia, a rejoint la direction du produit retraite sur le projet Compte central, dans le cadre d’une mise à disposition. Elle nous explique sa vision du projet.

mosaïc : Quel est votre parcours ?

Nathalie Arca : Cela fait plus de 30 ans que je travaille dans la retraite complémentaire. Je viens du groupe Klesia, et j’ai connu les nombreuses fusions de l’histoire de ce groupe et l’évolution des outils de notre métier. A ce jour, j'ai travaillé sur 4 systèmes différents de gestion du compte et du recouvrement d'abord côté utilisateur, puis côté maîtrise d'ouvrage. Cette expérience m'a naturellement conduite sur le projet de la conception du futur Compte Central.

Quelle est votre vision de ce nouvel outil ?

Cet outil s'inscrit totalement dans la transformation de la retraite complémentaire. Il est une étape nécessaire pour répondre aux attentes des utilisateurs et de nos clients, et à nos objectifs en matière d'efficacité de recouvrement notamment.

Avec le Compte Central, nous repensons l'outil de gestion du compte à la lumière de l'expérience acquise par rapport à notre quotidien actuel, notamment sur Grecco, et des nombreux changements induits par la DSN.

Dans les grandes lignes, quelles sont les évolutions que vous identifiez entre l’ancien et le nouvel outil ?

Les évolutions sont liées à l’arrivée de la DSN puisque l’outil fonctionnera avec. Aujourd’hui, il peut exister un écart entre ce que l’entreprise déclare et paie comme cotisations, et ce que l’outil « brique DSN » calcule en cotisations dues, en lien avec les référentiels nationaux entreprise et adhésion. Il s’agit de l’écart entre déclaré et calculé. Selon l’importance de cet écart, c’est soit le montant calculé, soit le montant déclaré, qui vient s’inscrire dans l’outil Grecco. Avec la montée en puissance de la DSN et avant le déploiement du compte central en 2020, ces écarts devraient se lisser, corrigés au cas par cas avec les clients. Avec le compte central, on s'oriente donc vers l'inscription au compte des cotisations calculées dans quasiment tous les cas.

Autre modification : la simplification de la règle de calcul de l'estimé, qui survient si on ne reçoit aucune DSN de l’adhérent. Nous faciliterons ainsi la lisibilité des données et l'échange des utilisateurs avec les entreprises.

L’outil Compte Central sera déployé dans le SI centralisé. Parmi les bénéfices : une maintenance simplifiée de l’outil

To top

S’immerger dans les métiers de la retraite complémentaire ? L’exemple de Malakoff Médéric

Le groupe Malakoff Médéric a mis en place un parcours d’immersion pour faire connaître et valoriser les métiers de la retraite complémentaire. Découverte.

Ce dispositif a vu le jour en 2016, avec un principe clé : partir du parcours du client, de la première cotisation à la réversion, et fournir de grands repères grâce aux interventions d’opérationnels qui partagent leur métier.

Ce parcours s’adresse notamment aux nouveaux arrivants au sein de la retraite complémentaire du groupe et en particulier, aux managers, aux collaborateurs des fonctions support et/ou exerçant une mission transverse.

©Malakoff Médéric

Après une présentation du réseau Cicas – ses missions, le parcours client et l’interlocution unique –, les participants ont assisté à une séance de double écoute sur la plateforme téléphonique Cicas. Une excellente manière de tremper dans le quotidien des conseillers téléphoniques, de mesurer l’étendue des situations auxquelles ils peuvent être confrontés et des compétences nécessaires à l’exercice de l’activité.

Le deuxième temps de la journée a été consacré à la liquidation et la réversion. Suite à la présentation de l’activité, les participants ont pu suivre l’activité d’un liquidateur sur la PRC. L’occasion d’échanger sur la complexité de certains dossiers.

Entre une présentation dynamique sur la fraude externe et les dispositifs de lutte mis en place au sein de Malakoff Médéric et une autre sur le pilotage du groupe, les stagiaires d’un jour ont suivi une seconde séance de double écoute au 3932, le service client du groupe.

Pour Véronique Amram, directeur retraite du groupe, « Les démonstrations outils et de double écoute pour les plateformes téléphoniques, lorsqu’elles sont possibles, viennent enrichir de manière très concrète la vision des métiers et des processus. Elles permettent de nourrir des idées nouvelles ou d’évolutions, et des améliorations tournées service client, mais aussi vers les gestionnaires et conseillers téléphoniques. »

Les participants retiennent de cette journée son rythme, son approche concrète et humaine ainsi que la vision complète qu’elle offre. Une initiative à encourager !

To top

 

Nicolas Crochard : Histoire d’une certification par VAE

Vidéo. La VAE (validation des acquis de l'expérience), dispositif instauré par la loi du 17 janvier 2002, permet d’obtenir des diplômes, CQP (certificat de qualification professionnelle) et titres professionnels sur la base de l’expérience notamment professionnelle. Ainsi la délivrance d’une certification n’est plus subordonnée à un passage en formation.

Cette voie d’accès à la certification est particulièrement adaptée aux professionnels des GPS qui depuis des années ont développé par l’expérience de solides compétences. Dans un contexte institutionnel en forte évolution, la VAE offre l’opportunité de développer son employabilité et de sécuriser son parcours professionnel en faisant reconnaître ses compétences.

Nicolas Crochard, conseiller téléphonique au Cicas d’Angoulême, a obtenu son CQP Conseiller retraite par la VAE. Il a accepté de témoigner de son parcours et de l’engagement nécessaire pour parvenir à l’obtention de ce qu’il qualifie de « Graal ». Marc Landais (responsable des relations sociales de l’association d’employeurs), Stéphanie Aubert (responsable de la plateforme téléphonique) et Karine Réaud (superviseur sur la plateforme) apportent également leur éclairage.

To top

Perspectives

Sortez du cadre : entrez dans le Lab Agirc-Arrco !

Interview. Le Lab Agirc-Arrco vient de naître. C’est à la fois un lieu convivial, « hors du cadre », une offre de services qui mixent des méthodes de créativité, des outils tournés vers l’innovation et un accompagnement par des experts. Pour résumer, c’est un écosystème et une communauté. Isabelle Gentien et Brigitte Declerck sont co-responsables du Lab, la première pour côté métier/fonctionnel et la seconde pour la DSI.

Les locaux du Lab et la Team Lab : Philippe Denis (Direction du Cabinet, Moyens généraux), Julie Degrange (DPR), Guillaume Antoniolo (DPR), Julia Biscay (DPR), Brigitte Declerck (DSI-RC), Isabelle Gentien (DPR), Caroline Mille (Direction du Cabinet, Communication) - ©Sophie Belliot

mosaïc : Pourquoi un Lab ?

Isabelle Gentien : Nous avons voulu créer un dispositif plus souple, tourné vers la co-construction et l’innovation. Le Lab s’appuie sur des outils et des méthodes qui ont fait leurs preuves dans le secteur de l’industrie avec les ateliers de recherche & développement, mais aussi dans l’univers des start-up. En entreprise, on dégage un budget lorsqu’on a convaincu de l’intérêt du produit. D’où l’utilité du prototypage pour démontrer plus vite la proposition de valeur. Avec cet outil, ce sera possible : c’est une opportunité pour faciliter l’avancement des projets, les accélérer voire les concevoir autrement.

Brigitte Declerck : Nous sommes en concurrence de service avec d’autres acteurs qui communiquent autrement avec nos clients : l’Acoss, la Cnav, Ameli ou d’autres établissements du secteur concurrentiel. Développer un Lab va nous aider à être plus proche des usages, des attentes de nos clients, et nous serons ainsi au niveau du marché.

Si vous deviez décrire le Lab en quelques mots ?

BD : C’est un lieu chaleureux, ouvert et bienveillant, incarnation de l’innovation. Il est le fruit d’une co-construction DPR, DSI-RC, Direction du cabinet et Direction de la communication. Cette co-construction est essentielle pour que chacun se mobilise.

IG : C’est comme une micro-entreprise qui sert à faire plus simple, plus rapide pour mieux innover et être en phase avec ses clients. C’est un outil au service de la communauté RC, qui doit donner une meilleure visibilité à la transformation de la retraite complémentaire.

« Un des enjeux du Lab, c’est le décloisonnement ! Il est un formidable moyen de raisonner transversal, et de solliciter les talents de tous sur un modèle horizontal. Chacun doit en être l’acteur et l’ambassadeur. » François-Xavier Selleret, directeur général Agirc-Arrco

Comment travailler avec le Lab

Vous avez une idée, un projet, une question sur le Lab ? Vous souhaitez utiliser les services du Lab mais vous ne savez pas par où commencer ? Contactez la Team Lab (teamlab@agirc-arrco.fr) et suivez le guide !

Site du Lab : le-lab-agirc-arrco.strikingly.com/accueil

Comment travailler avec le Lab

To top

M@rel, le simulateur de référence de la retraite

Vidéo. Depuis le 7 février, le simulateur retraite, construit par l’Agirc-Arrco, devient le simulateur de référence de la retraite, désigné sous le nom de de M@rel par le GIP Union retraite. Cette nouvelle version du simulateur, validée par la communauté des régimes membres du GIP, permet en quelques clics d’estimer le montant de sa future retraite, à partir des données connues des régimes de retraite de base et complémentaire.

Véritable outil d’aide à la décision, le service offre la possibilité à tout moment de mesurer l’impact de ses choix personnels ou professionnels sur sa retraite en simulant différents scénarios : passer par exemple d’un temps plein à un temps partiel, d’un statut de salarié à travailleur indépendant, prendre un congé sabbatique, etc.

De nouvelles versions viendront progressivement faire évoluer les possibilités de ce simulateur.

N’hésitez pas à en parler autour de vous, à le tester et à transmettre vos remarques et propositions d’améliorations à l’équipe projet DPR, sur la boîte générique : DPR.SimulateurCommunautaire@agirc-arrco.fr.

Si vous n’avez pas encore de compte personnel, pensez à vous en créer un sur le site www.agirc-arrco.fr !

To top

En bref

Nouveauté dans Césaria : les dossiers thématiques orientés « métier »

Un nouveau dossier thématique sur la page d’accueil de Césaria permet de consulter les documents réalisés par la Direction du Produit Retraite.

Ce dossier, intitulé « Les fiches pratiques communautaires / Modes opératoires », regroupe les fiches pratiques communautaires, les bonnes pratiques et les modes opératoires pour chaque processus métier et par domaine « Entreprises » ou « Individus ».

Il est accessible à tous les utilisateurs de Césaria. Ainsi en un clic, les gestionnaires des institutions accèdent à l’ensemble des documents métiers actualisés.

Césaria, la base documentaire de l’Agirc et de l’Arrco

Vous cherchez l’accord du 18 mars 2011 sur les régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco, des circulaires Agirc et Arrco, les documents de réunion des instances, des articles d’Interaction, des ouvrages sur les systèmes de retraite en Europe ? Césaria, la base de données documentaire de l’Agirc et de l’Arrco, apporte la réponse à vos multiples questions. Elle recense environ 42 000 documents relatifs à la retraite et à la protection sociale en France et en Europe.

Accès depuis les fédérations : srvflorpr/florapro/

Accès depuis les GPS : 10.33.7.249/accueilinst/

To top

©2018 - mosaïc - Agirc Arrco